A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z
A

1er ACCUEIL
Les jeunes en premier accueil sont les jeunes inscrits à la mission locale ou PAIO pour la première fois dans l’année de référence.

ACCOMPAGNEMENT - ACCOMPAGNER
Aider, assister, conseiller Dans l’accompagnement, il y a l’idée de chemin côte à côte dans une même direction pour soutenir, échanger. L’accompagnement s’inscrit dans un parcours, ce qui implique une durée pour atteindre un but, à travers des étapes. Il passe d’abord par la reconnaissance et la valorisation du jeune, en tant que personne, ce qui va lui permettre de donner du sens à son parcours, à prendre conscience de son propre pouvoir d’actions. L’accompagnateur apportera un soutien actif au jeune en l’aidant à maîtriser les étapes de son parcours. Souvent il s’agit d’emboîter le pas à quelqu’un, de partager son chemin, de l’épauler juste un temps. L’accompagnateur est un intermédiaire. Il introduit de la distance et permet à celui qui avance de regarder. Il introduit le lien et oriente vers d’autres. Surtout il ne prend pas le pouvoir, il ne se substitue pas et ne le déresponsabilise pas. Il met en mots. L’accompagnement au sens de Parcours 3 C’est une modalité de suivi spécifiquement repérée dans le logiciel. L’accompagnement fait l’objet d’une contractualisation entre le jeune et le conseiller. Il existe deux formes d’accompagnement : l’accompagnement sur projet et l’accompagnement renforcé.

ACTIVITE PRINCIPALE
Il s’agit du cœur de métier du réseau, à savoir, l’accueil, l’information, l’orientation, l’accompagnement, la construction de parcours, l’ingénierie de projet dans les domaines de l’emploi, la formation, la santé, le social, l’accès aux droits…

ACTIVITE SPECIFIQUE
Il s’agit d’action mise en place pour compléter de façon ponctuelle, l’action principale de la structure

ACTUALITE OU ACTUALISATION (au sens de Parcours 2 = contact)
C’est un moment d’échange ou un échange d’informations concernant la situation d’un jeune. Cet échange peut revêtir des formes variées (entretien individuel ou collectif, atelier, visite, médiation, courrier, téléphone, informations communiquées par un tiers…).

LES TYPES D’APPUI
Tout jeune sollicitant la Mission Locale bénéficie d’un type d’appui, quatre modalités :

Information, consultation des outils en libre-service
L’information correspond à la situation d’un jeune qui s’adresse à la structure pour bénéficier de services simples (information, documentation, informations collectives, services en libre accès…) et dont la demande ou la situation ne nécessite pas d’engager ni action de conseil, ni construction de parcours. Accueilli dans la structure, le jeune s’approprie, consulte, utilise et se documente.

Conseil, appui ponctuel
Le conseil ou appui ponctuel correspond à la situation d’un jeune qui s’adresse à la structure pour bénéficier d’un acte de conseil (de l’écoute à la proposition), il répond à une demande explicite, à une difficulté ponctuelle ou à une urgence. L’appui se traduit par un ou quelques entretiens avec un conseiller ou par des prestations à court terme.

Accompagnement renforcé
L’accompagnement renforcé correspond à la situation d’un jeune qui rencontre des difficultés importantes d’ordre social et personnel. La faible capacité du jeune à gérer seul cette situation et à se situer au-delà du court terme amène à construire le parcours étape par étape, pas à pas. Un point est effectué après chacune des actions. Le conseiller a un rôle de médiation important (relais vers des partenaires, les employeurs et autres organismes) pouvant aller jusqu’à accompagner physiquement le jeune dans certaines de ces démarches. Un bilan de l’accompagnement est réalisé et sert soit à redéfinir de nouveaux objectifs soit à mettre un terme à l’accompagnement.

Accompagnement sur projet
L’accompagnement sur projet correspond à la situation d’un jeune capable d’énoncer un projet d’insertion - formation ou emploi - réalisable à moyen terme (6 mois maximum). Il a besoin d’être aidé pour établir un plan d’action et réaliser les étapes de son parcours. Son degré d’autonomie est suffisant au regard du but visé et il peut être l’acteur principal de sa mise en oeuvre. L’accompagnement sur projet comporte des points d’étapes programmés avec le jeune afin d’établir un bilan des actions réalisées et si nécessaire faire évoluer le plan d’actions ou de mettre un terme à l’accompagnement.

ANTENNE
Lieu d’accueil fixe distant du siège de la mission locale ou PAIO, géré par la même personne morale, bénéficiant d’un équipement et d’une ouverture permanent.

APPUI SOCIAL INDIVIDUALISE (ASI)
Cette mesure est destinée au public en grande difficulté. Il s’agit d’un accompagnement global, dans l’optique d’un retour consolidé à une vie sociale autonome, fondé sur l’élaboration d’itinéraire personnalisé. Cet appui peut être à la fois de l’ordre du soutien psychologique (accueil, écoute) mais aussi de l’accompagnement physique.

C

CIVIS Contrat d’insertion dans la vie locale (volet association)
Il s’agit d’une mesure favorisant l’embauche de jeunes sans emploi porteurs de projet à vocation sociale et humanitaire.
Parrainage

D
DEMANDE DU JEUNE
La demande du jeune correspond au souhait du jeune reconstruit avec l’expertise du conseiller. Le souhait du jeune étant la demande brute.
E
ENGAGEMENT
La prise de décision doit permettre aux jeunes d’accomplir des actes qui vont modifier certains comportements pour les amener vers la responsabilité.

EXCLUSION SOCIALE
Elle peut se définir comme une rupture du lien social, une mise à l’écart de la société, une perte de repères sociaux. C’est souvent un processus de cumul d’handicaps sociaux.
I
INSERTION
Mot d’action, mot positif qui renvoie à des choses à faire. Tisser du lien social –ensemble d’actions dont l’objectif est de chercher à améliorer– action d’intégration sociale. La question de l’insertion qui mobilise tant de ressources humaines est loin d’être évidente. Elle a fait et fait encore couler beaucoup d’encre. Cette notion s’est construite par l’action, par les transformations sociétales et les institutions. La traiter d’un seul point de vue serait réducteur. Il faut la voir du côté de l’emploi, du statut, du rôle social et sous la forme d’identité psychosociale ; les frontières entre ces disciplines sont très floues et l’interdisciplinarité pour traiter les questions d’insertion paraît la plus adaptée. Le concept d’insertion est apparu dans les années 60, s’est répandu dans les années 70. Les premières utilisations par les politiques publiques datent de 1981, le terme était utilisé pour désigner une situation vécue par les jeunes, puis il a été utilisé officiellement en 1988, dans les textes liés au RMI. Depuis 20 ans les acteurs de l’insertion se sont multipliés. Avec le CFI, apparaît clairement la notion d’insertion, de contrat d’engagement, de recherche de cohérence, de parcours. Insertion sociale et insertion professionnelle sont liées et agissent l’une sur l’autre. Même si souvent l’insertion sociale est considérée comme un préalable à l’insertion professionnelle. Il s’agit d’un processus de transformation individuelle et sociale conduisant à une situation satisfaisante donnant une place dans la société, permettant l’intégration. Il faut entendre intégration au sens d’une autonomie sociale et d’une indépendance économique.
J

JEUNE EN SUIVI
Les jeunes en suivi sont inscrits à la mission locale et bénéficient de prestations de services pouvant aller de la simple transmission d’information à un accompagnement renforcé

M
MEDIATION
La médiation est un type d’intervention utilisée pour aider à résoudre des difficultés rencontrées entre le jeune et un tiers (famille, formateur, entreprise, service public…).

MISE EN RELATION
Acte qui oriente vers un partenaire ou un atelier de la Mission Locale pour la réalisation d’une proposition de service.

MISSION LOCALE
Elle assure sur un territoire une mission de service public et contribue à l’insertion sociale et professionnelle des jeunes des jeunes de 16 à 25 ans. Sa mission de base  accueil, information, orientation et accompagnement dans les domaines de la formation, de l’emploi, de la santé, du social, de la citoyenneté….
N
NIVEAUX DE FORMATION
Les niveaux de formation ont été conçus au début des années 60 dans le cadre des travaux du Commissariat Général au Plan. Ils sont censés coïncider avec les hiérarchies de l’emploi (le niveau V correspond à un ouvrier qualifié). VI : années intermédiaires du premier cycle de l’enseignement secondaire Vbis : années terminales du premier cycle (troisième générale), années intermédiaires du second cycle court (première année de CAP, BEP) V : années terminales du second cycle court (dernières années de CAP, BEP), années terminales du second cycle long (seconde et première générale et technique) IV : années terminales des seconds cycles longs – baccalauréat, BT, BP ou BM III : diplômes de cycles courts de l’enseignement supérieur (BTS, DUT, DEUG …) II et I : diplômes de cycles longs de l’enseignement supérieur - licence, maîtrise, diplômes écoles d'ingénieurs.
O

ORIENTATION
« C’est une activité de conseil destinée aux adolescents et aux jeunes adultes afin de les aider à prendre des décisions liées à la vie professionnelle. Elle se déroule sur 3 plans : - Simuler les efforts actifs d’information sur les métiers, sur les carrières et sur soi-même - Aider à obtenir des renseignements sur les formations, les exigences des métiers, des formations et les débouchés - Elaborer des données descriptives sur les aptitudes, la personnalité, les intérêts et les motivations de l’individu et envisager avec lui ces informations de manière à ce qu’il les intègre dans ses plans de formation et de carrière ». Dictionnaire de psychologie de Doron Parot.

P

PARCOURS 3
Outil de gestion et de suivi des parcours d’insertion des jeunes

PARCOURS
Ce mot fait appel à la cohérence dans une succession d’étapes en utilisant des dispositifs existants ou en imaginant des actions adaptées aux besoins du jeune. Un parcours d’insertion sociale et professionnelle est un processus aboutissant à l’intégration, qui a un début et une fin. Dans parcours, il y a les notions de trajectoire, d’itinéraire, d’échelle.

PARRAINAGE
Mesure dans laquelle une personne, peut bénévolement accompagner un jeune vers l’emploi, sa mission : le guider, l’accompagner, le conseiller, l’encourager dans son accès à l’emploi.

UN CADRE PARTENARIAL TERRITORIAL
Les Missions Locales et PAIO repèrent sur leur territoire d’intervention les difficultés rencontrées pour les jeunes ainsi que les solutions pouvant être apportées. En mobilisant sur un plan local des acteurs de l’insertion, elles contribuent à la mise en oeuvre des politiques publiques d’insertion initiées par l’Etat, la Région et les Collectivités Locales. La création des structures revêt un caractère partenarial et volontaire, dont l’initiative appartient aux Collectivités Locales. Le territoire d’action est varié (département, communes, communauté de communes, arrondissement…).

PERMANENCE D'ACCUEIL D'INFORMATION ET D'ORIENTATION
Elle assure sur un territoire une mission de service public et contribue à l’insertion sociale et professionnelle des jeunes des jeunes de 16 à 25 ans. Sa mission de base  accueil, information, orientation et accompagnement dans les domaines de la formation, de l’emploi, de la santé, du social, de la citoyenneté….

PERMANENCE
Lieu d’accueil temporaire et chronique distinct du siège de la mission locale ou PAIO, géré par la même personne morale, dans lequel est effectué au minimum une permanence par mois.

PROJET
Dans Parcours 3, la notion de projet ne recouvre que les projets d’insertion professionnelle (accès à l’emploi et formation qualifiante). Il est constitué : •• d’un objectif (le plus souvent un métier visé), •• d’une date de début, •• d’une date de fin prévisionnelle, •• d’au moins une proposition. il fait l’objet d’une contractualisation entre le jeune et le conseiller, il génère un type d’appui « accompagnement sur projet ».

R

RESEAU
Ce mot ancien, d’un point de vue étymologique désigne un filet de noeuds, un filet à mailles géométriques. Dans la pratique sociale, le réseau renvoie par analogie à un cercle d’acteurs qui souhaitent mettre en place des actions collectives. Fonctionner en réseau doit améliorer la qualité des réponses et permettre de rationaliser les moyens.

S
UN SERVICE (AU SENS PARCOURS 3)
Tout acte professionnel du conseiller en direction du jeune peut se traduire en terme de « service ». Les services sont structurés dans une table nationale complétée par une offre de services régionale.

SITUATION
Caractérisation des différentes périodes parcourues par le jeune au regard de son insertion professionnelle

UNE SITUATION (AU SENS PARCOURS 3)
La situation caractérise les différentes périodes parcourues par le jeune au regard de son insertion professionnelle. Elle recouvre toutes les situations professionnelles et non professionnelles depuis la sortie du système scolaire. Elle se décline en 5 catégories : •• Emploi : toute situation de travail avec disponibilité totale du salarié (CDI, CDD, CES, CEC…) •• Alternance : contrat de qualification, d’orientation, d’adaptation, d’apprentissage •• Formation •• Demandeur d’emploi : inscrit ou non à l’ANPE •• Non professionnelle : maladie, maternité, scolarité, emprisonnement…

SORTANTS NON QUALIFIES
Un jeune sort du système scolaire sans qualification lorsqu’il a cessé sa formation initiale aux niveaux VI et Vbis de la classification interministérielle de la formation (sans avoir accédé à un cycle complet CAP, BEP).

SOUHAIT DU JEUNE
C’est la demande brute du jeune. Il se distingue de la demande du jeune, qui est le souhait du jeune reconstruit avec l’expertise du conseiller.

T

TRACE Trajet d’accès à l’emploi
Il s’agit d’une mesure favorisant l’insertion professionnelle des jeunes par la mise en œuvre d’un parcours individualisé, destiné à leur permettre d’accéder à l’emploi durable avec un accompagnement personnalisé et continu.

LE TRAITEMENT GLOBAL
C’est une notion qui constitue la trame du rapport de B. Schwartz. Un lieu unique de proximité où la vie du jeune est prise en compte dans sa globalité. Assurer la cohérence de l’interface jeune/société en s’appuyant autant que possible sur des réponses existantes localement sur chaque territoire et en les organisant pour les rendre accessibles aux jeunes. Promouvoir des initiatives locales innovantes en matière d’insertion des jeunes. Accompagner le jeune dans son propre parcours vers l’autonomie.

V
LA VIE SOCIALE
La vie sociale repose sur des choses qui ne sont pas obligatoires mais qui font partie de la vie en société.